Culture Chinoise
   

 

La Place Tian’anmen

       La place Tian’anmen est le coeur de la Chine.

       Derrière la porte Tian’anmen, se trouve le Palais impérial. Au centre de la place, se dresse le Monument aux Héros du Peuple, un symbole de la libération et de l’indépendance nationales. Au sud de la place, dans le Mémorial se repose un grand homme-Mao Zedong. A l’ouest, c’est le parlement chinois -- le grand Palais du peuple, et à l’est, le musée de la Révolution et de l’Histoire de Chine. Aux deux côtés de la porte Tian’anmen, ce sont le Parc Sun Yat-Sen et le Palais de la Culture des Travailleurs. Au sud de la place se dresse l’imposante porte Zhengyangmen et le pavillon des Flèches. Toutes ces constructions sont d’un intétrêt précieux et historique.

La place Tian’anmen est le centre politique et culturel de la Chine. Tout proche d'elle se trouvent des quartiers commerçants.

Palais impérial (Cité interdite) 

        Le Palais impérial , qu’on appelle aussi Cité interdite. De 1420 à 1911, durant 491 ans, il a été la résidence principale de 24 empereurs des Ming et des Qing. C’est aussi l’ensemble architectural d’anciens palais le plus vaste et le mieux conservé du monde.

        S’étendant sur plus de 72 hectares, le Palais impérial compte 9 999,5 pièces, protégé par une muraille d’enceinte de 10 mètres de haut, de 960 mètres de long du nord au sud, et de 750 mètres de large d’est à ouest. Une douve large de 52 mètres contourne toute la muraille. Ainsi, c’est une cité dans la cité

      La plupart des bâtiments ont été construits en bois. Les grosses colonnes en bois dressées sur des socles de marbre supportent la toiture magnifiquement décorée et couverte de tuiles vernissées jaunes. Les principaux bâtiments jalonnent l’axe central qui est aussi l’axe de la ville de Beijing, et les autres se répartissent sur les deux côtés, en respectant le principe de la symétrie. Toute la disposition offre un aspect majestueux.

       L’architecture a divisé la Cité interdite en deux parties : la cour extérieure et la cour intérieure. La cour extérieure, oè le souverain recevait ses ministres et présidait les grandes cérémonies officielles, abrite la salle de l’Harmonie Suprême (Taihe), la salle de l’Harmonie Parfaite (Zhonghe) et la salle de l’Harmonie Préservée (Baohe) ainsi que les bâtiments latéraux principaux -- la salle de la Gloire Littéraire (Wenhua) et la salle des Prouesses Militaires (Wuying). La cour intérieure comprend surtout le palais de la Pureté Céleste (Qianqing), la salle de l’Union (Jiaotai) et le palais de la Tranquillité Terrestre (Kunning), qui sont entourés respectivement par les Six Palais de l’Est et les Six Palais de l’Ouest, La cour intérieure servait de cabinet de travail à l’empereur et d’appartements à la famille impériale et aux concubines.

       En somme, le Palais impérial est une cristalisation de la culture et de l’histoire chinoises cinq fois millénare.

La Grande Muraille  

     La Grande Muraille est une construction mondialement connue. Pendant plusieurs milliers d’années à partir de l’époque des Royaumes combattants, les rois et les empeureurs ont entrepris , l’un après l’autre, des travaux gigantesques, afin de protéger leurs Etats des incursions des nomades du Nord, et ainsi a été mis en place cet énorme système d’ouvrages de défense.

        La Grande Muraille de Badaling, située à 70 km au nord-ouest de la ville de Beijing, est l’ouvrage le plus remarquable bâti par la dynastie des Ming.

      La colline Badaling se situe à l’extrémité nord de la vallée oè se trouve la passe Juyongguan, et sous les Ming, elle servait de paravent de protection de la capitale.

          Du haut du nort de Badaling, on voit au loin des tours d’alterte, reliées par des tron’ons de muraille. C’était , à l’époque, un avant-poste de Badaling. A l’extérieur de la porte nord, près de la passe Suoyaoguan, se dresse une tour en brique , qui abritait alors le poste de commandement de l’avant-poste de Badaling. Elle a été construite en 1571 , en l’an 5 du règne de Longqing des Ming. Trois officiers et 788 soldats y stationnaient , avec une grande quantité de munitions et d’armes.

          Aujourd’hui , dans la zone de Badaling, on peut encore trouver le musée de la Grande Muraille et un cinéma panoramique de premier ordre en Asie.

 Le Temple du Ciel  

       Construit en 1420, soit en l’an 18 du règne de l’empereur Chengzu, le Temple du Ciel était un lieu de prière oè les empereurs des Ming et des Qing venaient implorer les Dieux de leur accorder de bonnes récoltes, des pluies bienfaisantes et oè ils rendaient hommage au Ciel. Occupant une superficie de 273 hectares, il est entouré de deux enceintes successives de forme circulaire au nord et carrée au sud. Cette structure correspond à la conception de l’univers prévalant en Chine antique, selon laquelle , le ciel est rond et la terre est carrée. Les principaux édifices du Temple du Ciel comprennent : la salle des Prières pour les bonnes récoltes, la Voête céleste impériale et le Tertre circulaire qui sont tous reliés par une voie pavée de briques, large de 30 mètres, et rehaussée de 4 mètres , et flanquée de rangées de cyprès. L’emsemble respire la solennité

Les tombeaux des Ming

        Les tombeaux des Ming abritent la sépulture de treize empereurs de la dynastie des Ming. Situés sur le versant sud du mont de la Longévité céleste (Tianshou), dans le district de Changping, municipalité de Beijing. Faisant face à une rivière qui serpente dans le sud, les différents tombeaux sont chacun protégés par une colline.

       En 1409, soit en l’an 7 du règne de Yongle des Ming, débutait la construction du premier tombeau, le changling; le dernier tombeau -- le Siling -- fut construit 200 ans plus tard, tout juste après la fondation de la dynastie des Qing. Sur les seize empereurs que compte l’époque des Ming, trois ne furent pas inhumés ici, le fondateur Zhu Yuanzhang ayant son tombeau à Nanjing. Les treize empereurs enterrés au mont de la Longévité céleste sont : Chengzu, Renzong, Xuanzong, Yingzong, Xianzong, Xiaozong, Wuzong, Shizong, Muzong, Guangzong, Shenzong, Xizong et Sizong. En outre, furent inhumées ici 23 impératrices , une concubine favorite et plusieurs dizaines de dames de cour. Aujourd’hui, les tombeaux Changling, Dingling et Zhaoling sont ouverts au public.

     Les tombeaux des Ming sont le plus important groupe de nécropoles impériales en Chine. De tailles différentes, les treize tombeaux sont conservés en bon état, que ce soient leurs constructions extérieures ou les architectures souterraines.

En 1957 , les archéologues chinois ont bien mené des fouilles importantes sur le tombeau Changling, et mirent au jour le palais souterrain du tombeau, avec quelque 3 000 objets très précieux, entre autres : la couronne de phénix de l’impératrice, les tuniques à motifs de dragons de l’empereur, des couronnes d’or et un grand nombre d’objets d’or et d’argent.

  Le Palais d’Eté 

      Construit au moment de l’histoire prospère des jardins chinois, le Palais d’Eté demeure un grand jardin impérial bien préservé qui possède une énorme valeur culturelle. Sous la dynastie des Qing, il servait à l’empereur et à ses concubines de lieux d’habitation et de loisir. Il fut aussi un endroit où l’empereur s’occupait des affaires d’Etat.

      La construction du Palais d’Eté commença en 1750. Il fut détruit en 1860 par les troupes franco-anglaises et reconstruit en 1888. En 1900, l’armée coalisée des huit puissances envahit Beijing et le Palais d’Eté souffrit encore une fois de graves déprédations. C’est en 1903 qu’il fut restauré. La pagode du Parfum du Bouddha, la Longue Galerie couverte, le Bateau en marbre, la rue Suzhoujie, le jardin de L’Harmonie, tous sont des chefs-d’oeuvre de l’art architectural.

    Les construtions et les paysages du Palais d’Eté concrétisent les caractéristiques traditionnelles de l’art des jardins. A la beauté naturelle se mêle la beauté artificielle : le Palais d’Eté devient un immense rouleau de peinture de paysage.

        Le Palais d’Eté couvre une superficie de 290 ha dont les lacs occupent les trois quarts . Sur le lac Kunming, près du pont à dix-sept arches, les bâteaux construits à l’exemple des navires impériaux d’antant sont réservés aux touristes pour qu’ils puissent faire une promenade sur le lac Kunming.

         Dans le Palais d’Eté le restaurant Tingliguan est connu pour sa cuisine de Cour et son ambiance de culture impériale. Sur la digue ouest, on peut pêcher à la ligne pour se distraire. Il y a aussi des magasins de souvenirs et d’objets d’artisanat.

La lamaserie Yonghe

       La lamaseie Yonghe est le temple le plus fréquenté par les touristes étrangers à Beijing.

     Construit en 1694 , la lamaserie Yonghe est le plus grand temple de lamas de Beijing. C’était  à l’origine l’ancienne résidence de l’empereur Yongzheng des Qing avant son accès au trône. Elle fut convertie en 1744 en un temple lamaïste appartenant aux Ghelug-pa du bouddhisme tibétain (la secte jaune).

       La lamaserie Yonghe est un modèle de la combinaison des styles architecturaux tibétain et han. S’étendant sur une superficie de 66 000 mètres carrés et mesurant 400 mètres du nord au sud et 200 mètres d’est en ouest, elle est constituée de trois parties principales : la cour Baofang, le jardin et les bâtiments. Les bâtiments comprennent sept groupes d’architectures et cinq cours successives, avec un millier de pièces au total.

Les salles de la lamaserie abritent beaucoup de statues bouddhiques, ainsi que de nombreux objets de valeur, comme par exemple des peintures et des calligraphies, des sculptures, des broderies de soie et des costumes.

Copyright 2004: pour l'Agence de Presse Xinhua