Accueil Chine Monde Afrique Economie Culture/Edu Science/Tech Santé Société Environnement Tourisme Sports
-
Israël prêt pour des discussions de paix avec la Syrie sans préalables
-
Obama préoccupé par le programme de missile iranien
-
Les Etats-Unis persuaderont l'Iran d'abandonner son ambition nucléaire
-
Le premier entretien russo-américain sur les armes stratégiques est fructueux
-
Nasser Al-Mohammad nommé Premier ministre du Koweït
Israël prêt pour des discussions de paix avec la Syrie sans préalables
  2009-05-21 09:10:25  

     JERUSALEM, 20 mai (Xinhua) -- Le Premier ministre israélien  Benjamin Netanyahu, a indiqué mercredi que son pays était prêt à  ouvrir immédiatement des négociations de paix avec la Syrie sans  préalables.  

     Netanyahu a fait cette déclaration aux journalistes à  l'Aéroport Ben-Gurion après trois jours de discussions à  Washington, dont la rencontre avec le président Barack Obama.  

     "Il y a eu un accord selon lequel nous devons immédiatement  lancer des négociations de paix," a affirmé le Premier ministre  selon le quotidien local Ha'aretz.  

     "J'ai dit que j'étais prêt à ouvrir immédiatement des  discussions de paix avec les Palestiniens, en passant, avec les  Syriens aussi, bien sûr, sans préalables," a déclaré Netanyahu,  ajoutant que "Mais je tiens à préciser que tout accord de paix (..) doit trouver une solution aux besoins sécuritaires d'Israël." 

     A la fin du mois d'avril, le ministre israélien des Affaires  étrangères, Avigdor Lieberman, a affirmé être disposé à négocier  avec la Syrie, mais seulement si les discussions se tenaient sans  préalables.  

     "Je serais heureux de négocier avec la Syrie ce soir, mais sans préalables," a affirmé le chef de la diplomatie israélienne lors  d'une interview à une radio israélienne.  

     La Syrie a indiqué qu'elle reprendrait les discussions  indirectes avec le gouvernement de Netanyahu tant qu'elles se  focalisent sur un retrait total israélien du plateau du Golan, un  plateau stratégique saisi en 1967 et annexé en 1981 par Israël  sans la reconnaissance de la communauté internationale.  

     En dépit des déclarations de Netanyahu mercredi, qui s'est  montré décontracté à l'idée de reprendre les négociations de paix  bloquées avec la Syrie, le Premier ministre a, toutefois, repété  son opposition au retrait du plateau du Golan.  

     Après l'offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza  en décembre dernier, la Syrie a officiellement suspendu les  discussions de paix indirectes avec l'Etat juif commencées en mai  dernier sous la médiation de la Turquie.