Synthèse: Bozizé, vainqueur des élections présidentielle et  législatives en Centrafrique
  2005-05-25 11:19:25
 

      YAOUNDE, 24 mai (XINHUANET) -- La Commission électorale mixte  indépendante (CEMI) de Centrafrique a publié mardi à Bangui les  résultats du second tour des élections présidentielle et  législatives du 8 mai dernier, donnant le président sortant  François Bozizé élu avec 64, 60% des voix contre 35,40% à l'ancien Premier ministre Martin Ziguélé.  

     Arrivé au pouvoir en 2003 à la faveur d'un putsch, M. Bozizé,  58 ans, a fait de plus coup double avec la victoire aux  législatives de la coalition réunissant ses partisans, la  Convergence nationale "Kwa na kwa" (le travail rien que le travail, en langue nationale sango), qui a enlevé 42 des 105 sièges de  l'Assemblée nationale. 

     Pour la présidentielle, M. Bozizé a recueilli 610 903 voix (64, 6% des suffrages exprimés) et Martin Ziguélé 333 716 (35,4%),  selon les résultats officiels complets communiqués mardi à Bangui  par le président de la Commission électorale mixte indépendante ( Cémi), Jean Willybiro Sako. 

     Selon ces chiffres, le taux de participation du second tour  s'est situé à 64,63% des 1 462 200 électeurs centrafricains  inscrits, contre 68,27% lors du premier tour disputé le 13 mars  dernier. 

     Ces deux élections marquent la fin de la "transition  consensuelle" mise en place par le général Bozizé après le coup  d'Etat qui a renversé le président Ange-Félix Patassé. 

     M. Bozizé, arrivé largement en tête au premier tour avec 42,97% des suffrages, partait favori de la présidentielle, d'autant qu'il avait reçu pour le second tour les soutiens de l'ex-Premier  ministre Jean-Paul Ngoupandé, de l'ancien ministre Charles Massi  et du "patriarche" de l'opposition centrafricaine Abel Goumba. 

     Tous trois étaient pourtant membres, avant le premier tour,  d'une coalition anti-Bozizé dont faisait également partie l'ancien Premier ministre de M. Patassé, Martin Ziguélé. L'ex-président ( 1981-1993) André Kolingba, arrivé troisième du premier tour,  n'avait donné aucune consigne de vote. 

     La victoire de "Kwa na Kwa", en revanche, était beaucoup moins attendue, nombre de ses candidats s'étant retrouvés en ballottage  défavorable à l'issue du premier tour. 

     Ce succès inattendu va permettre au président Bozizé de  choisir son Premier ministre dans ses rangs et d'éviter un  scénario de cohabitation qui, aux termes de la nouvelle  Constitution adoptée par référendum en décembre 2004, aurait pu  limiter ses pouvoirs. 

     A noter que 104 des 105 sièges ont été pourvus, l'élection  ayant été annulée par la Cémi dans une circonscription du sud du  pays en raison de fraudes. 

     Les deux tours de scrutins se sont déroulés sans incident  majeur, dans un pays à l'histoire pourtant marquée par la violence politique. Fin